top of page

Critiques du disque

Zoroastre

Tragédie en cinq actes de Jean-Philippe Rameau, livret de Louis de Cahusac

Création : Académie royale de musique, Paris, 5 décembre 1749

Reprise (largement modifiée) : 1756 et 1770.

 

 

Amélite, Jodie Devos

Érinice, Véronique Gens

Zoroastre, Reinoud Van Mechelen

Abramane, Tassis Christoyannis

Abénis, Orosmade, une Furie, Mathias Vidal

Zopire, Ahriman, un Génie, la Vengeance, David Witczak

Céphie, Cénide, Gwendoline Blondeel

Zélise, une Fée, une Furie, Marine Lafdal-Franc

Une Furie, Thibaut Lenaerts

 

Les Ambassadeurs ~ La Grande Écurie

Chœur de chambre de Namur (Thibaut Lenaerts, direction artistique)

Alexis Kossenko, direction

 

 

Partenariat Centre de musique baroque de Versailles (CMBV) | Centre d’Art Vocal et de musique ancienne de Namur (CAV&MA) | Atelier Lyrique de Tourcoing | Les Ambassadeurs – La Grande Ecurie

Partition Rameau Opera Omnia publiée par Graham sadler, éditée par la Société Jean-Philippe Rameau sous la direction de Sylvie Bouissou (distribution Billaudot)

 

L’ensemble Les Ambassadeurs – La Grande Écurie est en résidence à l’Atelier Lyrique de Tourcoing dans le cadre du dispositif de « résidences croisées » mis en place sur l’ensemble du territoire français par le Centre de musique baroque de Versailles

 

L’orchestre utilise des clarinettes historiques de facture française commandées par le Centre de musique baroque de Versailles à Agnès Guéroult et Rudolf Tutz.

Zoroastre©Gabriel_Balaguera-13.jpg
Zoroastre©Gabriel_Balaguera-13.jpg

Diapason Magazine

Alexis Kossenko et sa troupe savent comme Zoroastre « l’art de faire des heureux »

Ensemble exceptionnel

Le chef se situe toujours à l’exact point d’équilibre entre majesté et grâce, soutien et souplesse, rigueur et poésie

Diapason_d'or.png

Opéra Magazine

Diamant-OM.jpeg

Alexis Kossenko auquel on doit déjà une remarquable intégrale d’Achante et Céphise s’attaque donc avec Zoroastre à forte partie. Et le parti est gagné !

L’union de l’ensemble Les Ambassadeurs et de la Grande Ecurie lui permet de tisser une trame instrumentale soyeuse, et d’offrir des interventions chorégraphiques d’une séduisantes richesse sonore.

On ne vante plus les qualités du Chœur de Chambre de Namur, la distribution s’imposant par son style, comme par son élocution.

Pour l’originale de 1749, Alexis Kossenko a mis la barre très haut.

Opéra Magazine

      La distribution est exemplaire, cohérente, et l’équipe réunie s’investit pleinement dans la réalisation. La réussite est collective

L’orchestre, où se retrouvent les musiciens des Ambassadeurs et de la Grande Ecurie, brille de ses mille feux.

Mais c’est encore dans les combinaisons complexes, où se mêlent la voix et les chœurs qu’il se montre le plus remarquable : Alexis Kossenko tisse les lignes, équilibre, colore les textures en imposant une vie extraordinaire à cette partition rare

Les éminentes qualités de cet enregistrement en font une référence. Ce nouveau jalon s’imposera-t-il vingt ans ? On ne se hasardera pas à telle prédiction, mais il est sûr que nous tenons là une réalisation appelée à faire date.

swag_1.jpeg

Baroquiades

Alexis Kossenko et les siens y renouvellent leurs exploits antérieurs pour une réussite totale qui fera date

A-t-ton jamais vu plateau plus idoine ? Tous les rôles sans exception, sont exemplaires dans la façon dont ils sont incarnés

La matière sonore est d’une extrême beauté marquée tantôt par une pâte mâle et riche, tantôt par une grâce et d’une délicatesse infinie.

Le fruité des timbres, la parfaite justesse des tempi et le soin pointilleux apporté aux articulations, tout concourt à servir chaque intervention orchestrale

Le Soir

C’est probablement la sortie d’opéra la plus importante de l’année.

L’équipe de haut vol des chanteurs chante le texte avec une lisibilité et un naturel confondant qui ne cesse de féconder l’action

Alexis Kossenko et les Ambassadeurs ~ La Grande Ecurie illuminent le discours d’un savoureux dialogue instrumental et offre aux danses toute leur vivacité rythmique

A la fois ductile et grandiose, le Choeur de Chambre de Namur impose un climat de grandeur théâtrale.

Rameau à son sommet de théatralité

On Mag

La finesse des cordes, la gracilité des bois comme les percussions imaginatives de l’orchestre Les Ambassadeurs ~ La Grande Ecurie le démontrent à l’envi. C’est cette recherche de couleurs qui fait le prix de la présente exécution.

L’interprétation vocale ne suscite que des louanges. D’abord par le soin apporté par tous à la diction de la prosodie ramiste, l’art consommé du récit accompagné et l’aisance dans les ornementations

La vraie veine française est là, la fine instrumentations ramiste, l’orchestration imagée

La Croix

Alexis Kossenko et les siens y renouvellent leurs exploits antérieurs pour une réussite totale qui fera date

A-t-ton jamais vu plateau plus idoine ? Tous les rôles sans exception, sont exemplaires dans la façon dont ils sont incarnés

La matière sonore est d’une extrême beauté marquée tantôt par une pâte mâle et riche, tantôt par une grâce et d’une délicatesse infinie.

Le fruité des timbres, la parfaite justesse des tempi et le soin pointilleux apporté aux articulations, tout concourt à servir chaque intervention orchestrale

Zoroastre©Gabriel_Balaguera-8.jpg
bottom of page